· 

Sculpture : savoir-faire - le miroir oublié

 

Qui aujourd'hui, comme Renoir autrefois, ne cherche à s'entourer que de meubles ou objets où l'on sente "la main" ?

Ikea est passé par là.......... On jette plutôt que de réparer ou restaurer.

 

Pourtant, il y a peu de temps l'on est venu déposer dans mon atelier le cadre d'un miroir en bois doré qui avait bien souffert.

Mais leurs propriétaires y étaient attachés

 

 

Du miroir lui-même, il ne restait rien et la chute fatale avait vu disparaitre de nombreux éléments de la moulure sculptée, dont la traverse basse.

La particularité extraordinaire de ces objets anciens, mêmes ordinaires, c'est qu'ils furent créés pour durer, vieillir, se patiner, et luxe indécent aujourd'hui, être réparés si besoin............

La restauration d'un objet faisait partie de son ADN dés sa conception.......... Mon dieu ! Le monde a bien changé

 

 

 

 

Je n'ai pas de nostalgie du passé, mais les années passées en ateliers pour apprendre à maîtriser la sculpture ornementale ou les techniques de dorure et polychromies sur bois, font que je retrouve toujours avec plaisir ces recettes ancestrales et je pousse même le vice à les utiliser aujourd'hui dans mes créations.

 

Donc, me voilà à nouveau dans mes popotes, surveillant mon bain-marie où mijotent ma colle de peau de lapin et mon blanc de Meudon.

 

Pendant ces préparations qui nécessitent des dosages particuliers et des temps de chauffe spécifiques, je commence à reconstituer les greffes en bois des éléments perdus. Chaque élément du décor est sculpté au raccord avec le motif original.

 

Ainsi la structure du cadre a retrouvé son unité et je peux désormais me concentrer sur la préparation des enduits de dorure.

 

 

Ayant travaillé de longues années pour les antiquaires et les Monuments Historiques, je sais l'importance essentielle d'une bonne préparation avant toute étape de finition.

Je suis tout autant artisan qu'artiste.

 

 Sur ce miroir, il y aura six couches de blanc successives dans lesquelles seront soulignés tous les détails de la sculpture.

On appelle cette opération la "reparure".

 

Ponçage et reparure terminés, il va falloir recouvrir toutes ces zones blanches de trois couches de bol d'Arménie (préparation d'argile rouge) que je vais polir au "chien" (sorte de pinceaux ronds à poils très durs).

 

 

 

 

Pourquoi la pose de la feuille d'or a-t-elle toujours le pouvoir de capter l'intérêt des gens ?

 

Mon premier souvenir de dorure à la feuille d'or est fixé dans ma mémoire. Il fait très chaud, Florence en Juillet, un quartier peu touristique et plein de bruits d'ateliers.

Une fenêtre largement ouverte, et un homme qui rit de bon coeur, d'autres voix à l'intérieur. 

Je regarde l'objet fixé à sa main gauche, c'est un petit coussin sur lequel repose quelques feuilles d'or. Il me fait signe d'approcher et je m'installe en silence. Je ne sais combien de temps je suis resté accoudé à cette fenêtre.

On est venu me chercher et je suis reparti l'esprit émerveillé, en silence.

 

Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai apprivoisé la dorure, dans un très vieil atelier parisien, prés du Parc Montsouris, et dont certains clients et voisins eurent pour noms Braque, Derain, Léger....

 

 

La pose de la feuille d'or demande concentration et précision du geste.

De longues heures seront nécessaires à une pose méticuleuse pour que chaque parcelle d'or (utilisé ici "or rouge Versailles" 23 carats) vienne épouser parfaitement la forme accidentée du relief sculpté.

Lorsqu'enfin l'or sera posé, ses reflets seront exacerbés par une opération de "brunissage" qui consiste à polir les reliefs du décor doré à l'aide d'une pierre d'agathe. L'or prend tout son éclat métallique et précieux.

Une légére patine terminera cette restauration.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez le ! 

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Joël Granet (vendredi, 31 mai 2019 19:54)

    Coucou Hervé
    Bel article! Quelle passion!
    Au plaisir de se revoir.

  • #2

    Christian Bros - Art des annonces (vendredi, 31 mai 2019 21:34)

    Un beau savoir faire Darlou. Article très intéressant. Bravo, on y apprend beaucoup de choses

  • #3

    Martine lannes (samedi, 01 juin 2019 21:51)

    Que de patience, d obstination et de savoir-faire
    Merci

  • #4

    OLIVIER BLANDEL (lundi, 03 juin 2019 21:08)

    BRAVO!

  • #5

    Dedet Dominique (samedi, 22 juin 2019 21:16)

    J'ai apprécié dans ton article non seulement le sujet, qui ne pouvait qu'attirer la poseuse d'or que je suis aussi (très modestement, en tant qu'enlumineuse), mais ta générosité (partager savoir-faire, plaisir de faire, explications, émotion etc).
    En plus, il y a longtemps que je voulais ouvrir ton message mais j'attendais un moment tranquille! Quel culot ces retraités, hein? eux qui n'ont rien à faire...
    Martine et nous vous contacterons bientôt. Bises

LOUAIL Hervé dit DARLOU

Sculpteur-plasticien

Siret 479 828 899 00019

Maison des Artistes  L 589586

Membre de l'ADAGP